Tuesday, October 28, 2008

Cher André Pratte

Amis, je me permets ici une incartade. Vous me la pardonnerez sans doute, puisque celles-ci sont assez rares dans ce blogue. Non, je ne vous parle pas de musique dans ce billet. Quel est le sujet qui, le plus souvent, me fait déroger du thème principal de ce blogue? La politique. Oui.

Donc! J'interpelle peut-être André Pratte, éditorialiste en chef de la Presse, dans le titre, mais il n'est que l'élément déclencheur. Il est celui qui a laissé tomber la proverbiale goutte.

Ce matin j'écoutais l'émission de Christiane Charette à la Première chaîne de Radio Canada. André Pratte était l'un des invités qui commentaient le déclenchement d'élections au Québec (on vote le 8 décembre, groupe). À un moment, le panel a discuté de l'opinion selon laquelle les Québécois sont fatigués des élections et que ça pourra jouer sur le taux de participation, sur l'intérêt pour la campagne, etc.

C'est à ce moment que M. Pratte a prononcé le lieu commun qui trône en haut de ma liste d'irritants électoraux en ce moment. Je me suis retenue pendant toute la campagne fédérale, maintenant je n'en peux plus. Mon petit sphincter à montées de lait a lâché.

Je cite, de mémoire, M. Pratte :

Ceux qui disent qu'ils en ont assez des élections doivent se rappeler qui qu'ils ont choisi un gouvernement minoritaire et que les gouvernements minoritaires durent au plus un an et demi, deux ans.


Là là! Personne ne choisit jamais un gouvernement minoritaire, est-ce bien clair? Les Québécois ont élu un gouvernement minoritaire, soit, mais personne ne vote pour avoir un gouvernement minoritaire. C'est à ce point une absurdité que je ne sais même pas comment on s'y prendrait! Quoi, je demande à tous mes voisins pour qui ils votent et je ne vote pas comme eux parce que je veux un gouvernement minoritaire? On peut espérer un gouvernement minoritaire. Une population peut avoir élu un gouvernement minoritaire, mais personne ne CHOISIT un gouvernement minoritaire, nom d'une pipe!

Je pense que c'est ce genre de pensée creuse et de langue de bois qui joue sur le taux de participation aux élections, de manière inversement proportionnelle au cynisme. Non pas, comme on l'a lancé ce matin à la radio... la possibilité que la neige empêche les gens d'aller voter le 8 décembre. Pfffff.

3 comments:

Philippe said...

Comme l'a dit Falardeau à TLMEP dimanche : "André Pratte dit des andrépratteries"...

Anonymous said...

J'ai aussi entendu...

Mais faut savoir que Pratte a le monopole de la vérité et du bon goût, c'est l'évidence même.

Sammy said...

J'avoue que cette déclaration n'est pas sa meilleure et ce n'est pas le seul à dire ça.

Mais Pratte a parfois une lecture de l'opinion publique intéressante et une connaissance des rouages politiques assez profonde.