Friday, September 29, 2006

PREMIER BILLET : TOUTE UNE SEMAINE DE SHOWS!

Cette semaine je suis allée voir 3 spectacles, je me dis que c'est un bon sujet pour un premier billet dans ce blog. Après tout, je me donne comme mission (rien de moins), de raconter des machins intéressants (espérons) sur ce qui se passe en musique et en sorties à Montréal. Ambitieuse la fille? Pas tant que ça, après tout, c'est pas comme s'il ne se passait rien par ici!

ALORS DONC! Qu'est-ce qu'il y avait à voir cette semaine?

Les lundis, je vous recommande les Jam Nights au Missy Bar. On y fait à l'occasion des découvertes pas piquées des vers. J'ai eu le bonheur d'assister aux débuts en sol montréalais de Benoît Murray, chansonnier de Rivière-du-Loup nouvellement débarqué dans notre belle métropole... pour l'amour d'une demoiselle... C'est pas trognon ça? Bon, trève de sottises, recherchez-le et souvenez-vous de son nom. Du bon chansonnier, une belle voix rauque, un gars sympathique. Ses meilleures chansons? À mon avis, celles qui ont un petit côté comique comme « Le touriste ». Je n'ai malheureusement pas trouvé de site web ni de myspace à son sujet. Si j'en trouve un, je le poste. Promis. En attendant, je lui demanderai la permission de mettre une chanson ici comme échantillon.

Mardi à La Tulipe, on a reçu la visite de Kasabian, avec One Thousand Pictures et Mew en première partie. One Thousand Pictures a ouvert le bal de manière fort sympathique : le chanteur était visiblement très heureux de l'accueil que lui a réservé le public montréalais et nous a remercié chaudement. De plus, le groupe au complet s'est rendu à la table des CD après le set pour rencontrer les intéressés. Vraiment très sympathique. Pour les amateurs de rock pas trop pop, mais tout de même accessible, c'est un bon produit, pas de doute. Personnellement, je sentais trop les influences de U2 et de Tea Party pour ne pas être un tout petit peu agacée... mais vraiment, seulement un tout petit peu. Ils ont de l'avenir, s'ils se distinguent un peu.

Quant à Mew, pour ceux qui ne connaissent pas, c'est le plus gros band actuellement au Danemark. Ils chantent seulement en anglais, ce que j'ai trouvé dommage... mais bon, ils veulent être mondialement connus, n'est pas Rammstein qui veut. Le spectacle a été haut en couleurs, en partie grâce à de belles projections dans le style de leurs vidéos. L'interaction avec les projections était intéressante : l'une des chansons est interprétée en duo avec une jeune fille projetée sur l'écran et dont la voix était préenregistrée. Je crois que pour ma part l'expérience Mew n'a pas été aussi concluante que si je l'avais vécue d'abord dans mon salon. À mon avis, leur style très «bipolaire» ne se prête pas très bien au live. Leur musique est très tripative (merci monsieur Languirand), le chanteur a tendance à partir en transe et à contempler le plafond... vraiment très bon, surtout pour l'ambiance créée, mais sur CD ou vidéo. (ajout du 1er octobre : Véro pense exactement le contraire... comme quoi on peut aller voir un spectacle avec quelqu'un et voir 2 choses différentes) Et on aurait aimé plus de couleur locale danoise.

Kasabian a pour sa part séduit ses fans en offrant un spectacle dynamique mêlant les chansons de leur premier album et celles du plus récent pour lequel ils sont en promotion actuellement. Les purs et durs ont préféré le précédent album et reprochent au groupe le récent changement de guitariste, mais pour une non-initiée l'ensemble était très cohérent et très divertissant... malgré le fait qu'on a perdu l'une des guitares pendant au moins 2 chansons. C'est du bon et original « easy listening » comme les Brits en ont le secret. Peut-être pas la nouvelle « British Invasion », mais de la qualité tout de même.

Mercredi, c'était le GIGANTOUR! Premièrement... il y avait du monde... mais pas tant que ça. Il faut croire que l'an dernier les fans de Dream Theater on achevé de remplir le Centre Molson. Je suis arrivée pour la fin du set de Opeth (je travaille, je ne suis plus une jeune pouelle avec tout mon temps devant moi). La foule n'était pas aussi délirante que j'aurais cru pour un aussi gros et surtout un aussi bon band, mais l'enthousiasme était tout de même palpable entre les chansons. Le relatif immobilisme des membres du groupe n'aidait honnêtement pas à galvaniser les troupes.

Lamb of God, fidèles à eux mêmes, ont bûché tant qu'ils ont pu. Ce sont eux qui ont fait le sempiternel discours sur le métal et les métalleux et combien ils sont heureux de faire partie d'une si belle scène et ainsi de suite. Le discours est éculé, mais ça sonnait (et c'était sans doute) sincère. Cette fois la foule était beaucoup plus participative. N'oublions pas que Lamb of God est LE groupe de l'heure (leur album a été numéro 8 au Billboard à sa sortie! Un exploit pour un album et un band aussi résolument métal).

Megadeth nous ont gratifiés de plusieurs de leurs plus vieilles pièces, mais aussi de plus récentes et même d'une qui se trouvera sur l'album à paraître en 2007. La voix de Dave Mustaine était excellente et le son aussi... si bien qu'ils n'ont pas eu l'air des vieux routiers qu'ils sont. Des effets pyrotechniques bien réussis et présentés avec parcimonie ont su rehausser la performance. (Il faut le mentionner, puisque généralement je trouve ces ajouts détestables et inutiles). Seule ombre au tableau : le discours sur les événements de Dawson. Comme presque tout le monde le sait maintenant, le tueur écoutait «A tout le monde» avant d'entamer son attaque. Mustaine s'est donc lancé dans une diatribe sur la question avant d'interpréter cette chanson. Évidemment, je suis consciente qu'ils devaient adresser la question. Cependant, j'aurais préféré quelque chose du genre «jouons cette chanson pour les victimes, let's not make this about him», plutôt que de lui faire la faveur de parler de lui autant. Disons que s'il regardait la scène à partir du trou sulfureux où il moisit en enfer, il a dû être bien fier de lui. Cela dit, Megadeth sont des légendes vivantes et ont su offrir une performance à la hauteur de leur réputation... ce qui est rare et précieux. Ah, et les couvre-feux à 23h, ça emmerde royalement le peuple. ROYALEMENT.

1 comment:

Phil said...

Ah, le Gigantour... J'y étais l'an dernier et c'est vrai que le Centre Bell était plus rempli. Tout de même, il y avait quand même pas mal de monde, mais seulement à l'arrivée de Megadeth. Que de vieilles tounes pour ce concert! Ma formation préférée du groupe était l'époque Mustaine-Ellefson-Friedman-Menza, mais on a eu droit à plein de chansons d'avant cette époque. Voici, en ordre chronologique d'albums de Megadeth, les chansons jouées au show :

Mechanix
Wake up Dead
Peace Sells
Devils Island
Set the World Afire
In my Darkest Hour
Holy Wars
Hangar 18
Take no Prisoners
Tornado of Souls
Skin o' My Teeth
Symphony of Destruction
A Tout le Monde
Trust
She-Wolf
Blackmail the Universe
Kick The Chair
Washington's Next

Plein de vieux stock! Mais on attend encore la tournée de réunion avec Friedman et Menza pour jouer Rust in Peace d'un bout à l'autre! Vite avant que vous ne soyez plus capables!